string1235

Menu

Verrière de toit

Faites entrer la lumière naturelle dans votre intérieur avec une verrière de toit

pour voir nos dernières réalisations

Des milliers de clients satisfaits

Les avantages d’une verrière de toit

L’avantage principal associé à l’installation d’une verrière de toit est d’apporter de la lumière naturelle, zénithale ou indirecte, à l’intérieur de l’habitation. Les bienfaits sont multiples : le plus sur votre santé avec un meilleur respect de votre rythme biologique, la diminution d’énergie pour illuminer votre habitation et le confort visuel lié au fait qu’une pièce baignée de soleil semble plus spacieuse. Les atouts apportés par la mise en place d’un toit vitré à une habitation existante concernent toutes les pièces, qu’il s’agisse d’une maison ou d’un appartement, et tout particulièrement les pièces borgnes les combles aménagées. La lumière peut être diffusée grâce à des fenêtres situées au plafond et à des ouvertures équipées de dalle de verre permettant la circulation de lumière entre les étages ou à des verrières de type shed disposées sur un toit incliné.

Les avantages que procurent la transmission de lumière naturelle par les vitres d’un toit concernent aussi les agrandissements que vous pourrez réaliser pour couvrir votre piscine ou créer une extension de type véranda pour aménager une cuisine ou un séjour, vous pourrez ainsi profiter des bienfaits d’une lumière solaire zénithale transmise par les parois vitrées de votre verrière. Les styles peuvent être variés, contemporain et design, de type atelier d’artiste ou de style victorien.

Ce type de construction vitrée peut aussi constituer un édicule permettant l’accès à un toit terrasse en transmettant la lumière par la cage de l’escalier d’accès à la toiture.

Une solution peut être de passer par l’utilisation de produits industriels standards de type Velux qui ont l’avantage de comporter des fenêtres ouvrantes mais sont limités en dimensions et sont constitués de châssis épais, il faut plus parler de fenêtres inclinées que de toits vitrés.

Avec une verrière de toit sur mesure fabriquée par un artisan, vous aurez la garantie d’un travail réalisé sur mesure qui s’adapte parfaitement à la géométrie de l’ouverture de votre toit en apportant le maximum de lumière. En effet, les caractéristiques mécaniques de l’acier nous permettent d’utiliser les profils beaucoup plus fins que le bois ou l’aluminium en limitant le nombre de chevrons. Ce toit conçu sur mesure permet d’éviter la juxtaposition de fenêtres standards, c’est le toit vitré qui s’adapte à vos besoins et pas vos besoins qui s’adaptent aux produits standards du marché.

Vous avez un projet ?

et obtenez un chiffrage sous 48 heures

Le déroulé d’un projet de toit vitré

Pour commencer,  il faut réaliser les démarches administratives nécessaires à la création d’une ouverture vitrée dans le toit d’un bâtiment (cf. paragraphe « la réglementation pour l’installation d’un toit vitré »).

Une fois ces démarches réalisées, le projet commence par le séquençage et la planification de l’intervention des différents corps de métier.

Le Charpentier couvreur qui crée l’ouverture dans le toit existant en créant un chevêtre. Ce chevêtre est la plupart du temps en bois, il peut dans certains cas être en acier galvanisé ou peint, ou encore en béton dans le cas d’un toit terrasse.

Le Fabricant de toit en verre conçoit, fabrique et pose la structure puis le vitrage.

 

Enfin, le Couvreur zingueur intervient pour réaliser les abergements, afin de garantir l’étanchéité périphérique du chevêtre ; cette opération peut être réalisée par l’artisan fabricant la verrière lorsqu’il s’agit d’une bande soline simple entre le toit et le mur de façade par exemple.

La conception de votre projet de voit vitré commence par un relevé millimétrique des caractéristiques du bâtiment existant et l’étude des contraintes du projet liées à l’accès.

Notre bureau d’études dimensionne ensuite les sections des profils en acier supportant les profils drainants constituant le toit et conçoit le toit en verre.

Les poutres et chevrons métalliques, en tube ou en profils de charpente de type IPN sont ensuite assemblés par soudage en nos ateliers et équipés des profils drainants haut de gamme. Ces profils métalliques sont ensuite montés à blanc afin de garantir une qualité irréprochable, gage d’une installation parfaite et pérenne.

Vient enfin l’étape de protection contre la corrosion puis de peinture au four de l’ouvrage.

Pour finir, l’installation du toit commence par la pose des joints d’étanchéité sur la structure, elle est suivie par le levage de la pièce et son installation sur le chevêtre avant la pose des vitrages. Dans le cas d’un appartement situé sous les toits ou dans un jardin non accessible depuis la rue, nous utilisons fréquemment une grue pour le levage du toit ainsi qu’palonnier à ventouses pour la pose des vitrages.

Une verrière de toit, c’est quoi ?

La verrière de toit est conçue sur mesure par notre bureau d’études, elle peut être un shed dans le cas de la rénovation d’un loft, un toit à un pan ou encore un toit de style victorien dans le cadre de la création d’une véranda en fer forgé. La finesse des chevrons utilisés, qui va jusqu’à 60 mm de large, permet d’avoir un haut niveau de transmission lumineuse et de créer des verrières de toit à l’ancienne de type atelier, qui répondent la plupart du temps aux spécifications des architectes des bâtiments de France dans le cas d’une rénovation. Une des contraintes technique d’un toit vitré est que sa pente soit au minimum de 15° afin d’éviter les risques de fuite en cas de vent important.

La fabrication sur mesure d’un toit vitré comprend l’assemblage d’une structure porteuse en acier. Ce châssis porteur fin aux caractéristiques mécaniques élevées sert de support à des profils drainants de la gamme RP TECHNIK de FORSTER. Ces profils ont pour fonction de recevoir les verres de toit et d’assurer l’étanchéité parfaite de la toiture en assurant la rupture de pont thermique de la verrière de toit ainsi fabriquée. Cette rupture de pont thermique vous garantit l’absence de condensation ainsi qu’une isolation optimale. L’ultime étape de fabrication est la protection contre la corrosion suivie de la peinture au four de ces derniers qui assure la pérennité de l’aspect final du toit fabriqué. Les vitrages mis en œuvre comprennent des caractéristiques adaptées sur mesure à votre besoin : l’isolation thermique est assurée par un verre isolant de type double ou triple vitrage comportant une ou deux lames de 16mm d’argon, gage d’un haut niveau d’efficacité en termes d’isolation et d’insonorisation. 

 Cette isolation thermique peut être renforcée par la mise en œuvre d’un verre faible émissivité qui minimise les déperditions de chaleur et transmet une proportion importante du rayonnement solaire grâce à son facteur solaire élevé. En revanche, si votre pièce est exposée au sud ou a tendance à chauffer en été, la mise en œuvre d’un vitrage à contrôle solaire peut limiter l’échauffement de votre pièce. Si l’exposition au soleil est trop important vous pouvez aussi installer un store ou un volet roulant pour limiter l’échauffement en été. Le verre peut aussi avoir une caractéristique autonettoyante si l’accès à votre toiture est difficile. Les vitrages utilisés comprennent enfin forcément un volume de verre feuilleté destiné à résister aux chutes de neige ou de grêle, gage de sécurité.

Enfin le solin, est constitué des dispositifs destinés à assurer l’étanchéité entre le toit vitré et le bâtiment existant. La qualité de cette jonction avec le bâtiment existant est capitale pour vous garantir la tranquillité associée à la pose d’une verrière sans fuite mettant votre habitation à l’abri des intempéries. Il est constitué d’un abergement, c’est-à-dire la jonction étanche entre les matériaux de couverture du toit existant en tuiles ou en ardoise et l’ouverture vitrée. C’est un ensemble de tôles façonnées et souvent soudées, mises en œuvre par le couvreur-zingueur.

Ces tôles peuvent être en plomb, cuivre, zinc, aluminium ou en acier galvanisé ou peint. Il peut aussi s’agir d’une bande de profilé en métal, posée sur un mur acrotère comme couvre joint de relevé d’étanchéité aussi appelé bande de solin.

Rénover une verrière ancienne

Beaucoup d’habitations comprennent des verrières anciennes, qu’il s’agisse de vérandas ou jardins d’hiver, dans une maison individuelle, la cour d’un immeuble ou un appartement sous les toits. Ces verrières d’atelier sont construites à l’aide de fer à té et de verre simple posés au mastic dans la plupart des cas. Leur rénovation en vue de créer un espace habitable ne peut être réalisée par un artisan sérieux pour 2 raisons majeures. Tout d’abord, la conception de la construction de ces châssis à l’ancienne ne comprend pas de système de drainage des eaux de pluie en cas de fuite de la jonction entre le châssis et le vitrage. Il n’y a donc pas d’étanchéité de la toiture vitrée qui est la première caractéristique attendue pour un toit ! Ensuite, les épaisseurs des profils utilisés interdisent l’utilisation de vitrages isolants et sécuritaires comportant à la fois une lame d’argon pour l’aspect thermique et un vitrage feuilleté pour la résistance aux intempéries tels que la grêle ou la neige.

Si vous souhaitez utiliser l’espace associé à un toit vitré ancien, mieux vaut envisager le remplacement de cet élément de toiture par un toit à rupture de pont thermique équipé de profils drainants et de vitrages performants.

La réglementation pour l’installation d’un toit vitré

Il est nécessaire de déposer une déclaration de travaux en mairie pour créer une ouverture dans un toit. Un permis de construire sera nécessaire si une surface de plancher supérieure à 20m2 est créée ou si l’installation de la verrière est située dans un environnement de site classé (monument historique). Des exigences techniques peuvent alors être formulées par les Bâtiments de France, exigences auxquelles les verrières en acier seront en général le plus à même de répondre en raison de leur structure fine, proche des verrières de toit anciennes.

Dans le cas d’un toit vitré concernant les lieux de travail et les établissements Recevant du Public, le Code du Travail requiert la tenue au test des 1200 Joules dans certains cas. Ce test est notamment applicable aux lanternaux d’éclairage et aux exutoires de désenfumage naturel faisant partie de la toiture. Cet essai consiste à déterminer la résistance à la traversée d’un sac de 50 kg tombant d’une hauteur de 2,40 m sur un lanterneau mis en œuvre sur son chevêtre conformément aux normes DTU ou Avis Technique en vigueur.

Vous avez un projet ?

et obtenez un chiffrage sous 48 heures

13 années d'existence
des milliers de clients satisfaits
atelier implanté dans le rhône
travail sur mesure